Click here to visit the English version of the site.

Passer au contenu principal

Nouvelles

Le Collège Niagara prend les devants avec son programme de production de cannabis

Le sénateur Peter Harder a affirmé que des établissements avant-gardistes comme le Collège Niagara contribueront à assurer une transition en douceur lors de la mise en place du nouveau système de réglementation du cannabis.

Le représentant du gouvernement au Sénat a félicité aujourd’hui les établissements d’enseignement, les producteurs et de nombreux autres Canadiens qui prennent les devants pour aider le pays à se préparer à la légalisation du cannabis.

Le sénateur Peter Harder a tenu ces propos après avoir visité le Collège Niagara où, dit-il, les éducateurs montrent la voie en créant un programme d’un an sur la production commerciale de cannabis, programme qui commencera en septembre 2018. Il a souligné que d’autres organisations devraient s’intéresser à cette initiative et se demander si elles ont également un rôle à jouer dans la légalisation prochaine du cannabis.

Le sénateur Harder visite le Collège Niagara le 23 février 2018 . (Photo: Niagara College)

Un grand nombre de producteurs licenciés de cannabis médicinal qui se préparent eux aussi à la légalisation du produit sont installés dans la région du Niagara.

« En arrière-plan du débat politique qui a lieu à Ottawa, des gens, dans tout le pays, retroussent leurs manches et déploient de grands efforts pour se préparer », a déclaré le sénateur Harder au cours de sa visite. « Il se peut que je sois partial un petit peu, mais l’innovation qui se manifeste devant moi dans la région du Niagara où j’ai grandi retient l’attention du reste du pays. »

Le projet de loi C-45 est encore débattu au Sénat, mais le sénateur Harder a souligné qu’il importait que la Chambre rouge convienne de prévoir un vote en troisième lecture le 7 juin pour que les écoles, les producteurs, les forces de l’ordre, les gouvernements et d’autres intervenants se fassent une meilleure idée du calendrier de l’examen mené par le Sénat.

Le sénateur Harder, qui a grandi à Vineland, non loin du Collège, s’est dit préoccupé par la lenteur avec laquelle l’examen du projet de loi avait progressé au Sénat, en grande partie parce que cela crée de l’incertitude chez ceux qui se préparent en vue de la légalisation du cannabis.

Programme de production commerciale du cannabis

Le sénateur Harder s’est réuni avec les représentants du Collège Niagara au campus de Niagara‑on‑the‑Lake, où ceux-ci lui ont donné un aperçu du programme de production commerciale du cannabis au Collège (Certificat d’études supérieures).

Les étudiants qui participent au programme acquerront une expertise dans divers domaines, notamment en ce qui concerne la façon de concevoir et d’appliquer des nutriments, d’évaluer la santé des récoltes et de dresser des plans de production, le tout dans le cadre d’un processus très spécialisé assujetti à une réglementation gouvernementale stricte.

« Nous sommes reconnaissants d’avoir la possibilité de discuter de notre programme novateur de production commerciale du cannabis avec le sénateur Harder », a affirmé Greg Medulun, vice-recteur (Relations extérieures) du Collège Niagara. « Ce programme répond à un besoin des étudiants diplômés qui sont bien renseignés sur la réglementation et les exigences d’une industrie en croissance et qui sont qualifiés en la matière; le programme illustre la position du Collège qui se veut à l’avant-garde et qui prévoit les besoins et les tendances dans des secteurs nouveaux et en devenir. »

Après la visite, le sénateur Harder s’est réuni avec les membres du Laurier Liberal Ladies Club de St. Catharines pour discuter des mesures prises par le Sénat pour devenir une institution plus indépendante, plus responsable et plus transparente.

Le sénateur Harder a déclaré à son auditoire que, jusqu’ici au cours de la session, le Sénat avait apporté avec succès des amendements à près de 20 % des projets de loi du gouvernement, y compris ceux concernant l’aide médicale à mourir, l’élimination d’obstacles à l’obtention de la citoyenneté et la lutte contre la crise des opioïdes.

Le gouvernement actuel a créé un comité consultatif indépendant ayant le mandat de formuler des recommandations fondées sur le mérite concernant les nominations au Sénat. Le gouvernement ne demande plus aux sénateurs de faire partie d’un caucus du gouvernement. Jusqu’à présent, 32 sénateurs indépendants ont été nommés dans le cadre du nouveau processus.

« L’indépendance accrue du Sénat a favorisé un examen approfondi des projets de loi, ce qui a donné lieu à de meilleures lois pour la population canadienne », a déclaré le sénateur Harder au Laurier Liberal Ladies Club of St. Catharines. « Tous les amendements apportés par le Sénat ne sont pas acceptés, mais chacun peut amorcer un dialogue qui peut se propager au-delà de la Colline du Parlement et faire intervenir une vaste gamme de Canadiennes et de Canadiens. »

Le Collège Niagara prend les devants avec son programme de production de cannabis, selon le sénateur Harder

Secured By miniOrange