Click here to visit the English version of the site.

Passer au contenu principal
La sénatrice Diane Bellemare, le 3 octobre 2017, à Ottawa.

Nouvelles

« Venez frapper à ma porte », dit la sénatrice Bellemare

La sénatrice Diane Bellemare a pris la parole lors de la conférence de Collèges et instituts Canada.

3 octobre 2017 — Alors qu’il se trouve au cœur d’une réforme historique, le Sénat du Canada invite les Canadiens à faire connaître leurs points de vue, a déclaré la sénatrice Diane Bellemare devant un groupe d’enseignants réunis pour une conférence à Ottawa.

« Venez frapper à ma porte », a-t-elle dit durant l’activité organisée par Collèges et instituts Canada.

Les appels au changement au Sénat sont presque aussi vieux que le Canada lui-même, mais les revirements récents ont permis d’amorcer la transformation de l’institution en un organe législatif plus indépendant, a-t-elle ajouté.

« Le mythe selon lequel le Sénat n’est qu’un simple organisme de validation est maintenant officiellement brisé. Le Sénat joue désormais mieux son rôle de chambre de second examen objectif », a-t-elle déclaré.

Le propre parcours de Mme Bellemare reflète ce changement. Nommée sénatrice conservatrice en 2012, elle a choisi de siéger comme indépendante en 2016, puis elle a été nommée coordonnatrice législative au bureau du représentant du gouvernement au Sénat.

Bien que sa fonction l’occupe beaucoup, elle trouve tout de même le temps de se consacrer à sa passion pour l’économie. De plus, le parcours de professeure universitaire qu’elle a connu lui permet de bien comprendre le rôle important que jouent les collèges dans l’atteinte de la croissance économique inclusive.

« Je suis convaincue que les collèges aident les étudiants à faire la transition vers le marché du travail. Les connaissances ne suffisent pas : il faut des compétences et un savoir pratique, estime-t-elle. En tant que sénatrice, je défends encore les questions liées à la formation et au plein-emploi. »

Les sénateurs indépendants ne sont pas contraints de suivre les directives de leur parti puisqu’ils ne sont pas affiliés à un caucus politique partisan ; ils peuvent ainsi apporter une perspective différente lors de l’étude des lois, selon elle.

Le nouveau processus de nomination au Sénat, fondé sur les recommandations d’un organisme indépendant, favorise le mérite. Auparavant composé de deux partis, le Sénat compte maintenant un troisième groupe de sénateurs, appelé le Groupe des sénateurs indépendants. Par ailleurs, un quatrième groupe de trois personnes, soit l’équipe du représentant du gouvernement, a le mandat de faire cheminer les projets de loi du gouvernement au Sénat.

Les changements apportés jusqu’à maintenant sont historiques, mais il reste du chemin à parcourir.

« Les règles ne changent pas rapidement, mais le Sénat, lui, est réellement en train de changer », a-t-elle conclu.

« Venez frapper à ma porte », dit la sénatrice Bellemare

Secured By miniOrange