Biographies

Sénatrice
Raymonde Gagné

La sénatrice Raymonde Gagné a été nommée coordonnatrice législative en janvier 2020.

Avant d’être nommée au Sénat en mars 2016, la sénatrice Raymonde Gagné a œuvré pendant 35 ans dans le domaine de l’éducation. Elle a été enseignante et directrice d’école et de collège, tant au niveau secondaire que postsecondaire, puis rectrice de l’Université de Saint-Boniface

Selon la sénatrice Gagné, c’est sa passion pour l’histoire franco-manitobaine, empreinte de résilience et d’engagement, qui l’a amenée là où elle est aujourd’hui. « L’histoire franco-manitobaine, c’est l’histoire de Louis Riel, de mes ancêtres, de mes parents et de mes trois frères et cinq sœurs. C’est aussi mon histoire », a-t-elle déclaré.

La sénatrice Raymonde Gagné a été nommée coordonnatrice legislative en janvier 2020.

Benjamine d’une fratrie de neuf enfants, la sénatrice Gagné a grandi à la ferme, où il était attendu que chaque membre de la famille prenne part aux tâches quotidiennes.

« La vie à la ferme a été très formatrice. Elle m’a appris la patience, la collaboration, la créativité, la débrouillardise, l’organisation, la discipline et la détermination. Le fait de grandir dans une famille aussi nombreuse que la mienne m’a aussi insufflée une joie de vivre qui m’habite encore aujourd’hui. Ces valeurs et ma fierté d’être Franco-Manitobaine ont été des sources d’inspiration qui m’ont animée dans ma vie d’éducatrice et, aujourd’hui, dans mes fonctions de sénatrice représentant le Manitoba », explique la sénatrice.

Depuis des décennies, son implication auprès de différentes associations, que ce soit à titre professionnel ou dans sa communauté, est un aspect fondamental de la vie personnelle et de la carrière de la sénatrice Gagné. « J’ai réalisé très jeune qu’en travaillant ensemble, nous pouvons changer les choses dans une communauté », dit-elle.

La langue française fait partie intégrante de mon patrimoine et de mon identité culturelle. La valorisation de ma langue, sa promotion et l’épanouissement de la communauté francophone du Manitoba ont été au cœur d’une grande partie de mon travail.

En tant que rectrice de l’Université de Saint-Boniface de 2003 à 2014, elle a participé à plusieurs consultations sur les langues officielles en vue d’améliorer les politiques publiques dans des domaines tels que la petite enfance, l’éducation, les soins de santé, et le développement économique et communautaire.

Elle est membre de l’Ordre du Canada, membre de l’Ordre du Manitoba, et lauréate du Prix Riel.

Les voyages ont toujours occupé une place importante dans la vie de la sénatrice Gagné. Elle a visité toutes les provinces du Canada ainsi que 28 pays différents répartis sur presque tous les continents. « J’adore les voyages et les perspectives qu’ils nous offrent. J’étais d’ailleurs en Inde lorsque j’ai appris qu’on envisageait de me nommer au Sénat », se souvient-elle.

Quelles que soient les responsabilités professionnelles, familiales et communautaires qu’elle assume, la sénatrice Gagné s’efforce toujours de trouver du temps pour se ressourcer dans la nature. Canoter sur les rivières et les lacs du Manitoba et du nord de l’Ontario, et visiter son chalet de Belair, près du lac Winnipeg, lui permet de se détendre, de ne pas prendre la vie trop au sérieux et de profiter de la compagnie des membres de sa famille.

Pour la sénatrice Gagné, sa nomination au poste de coordonnatrice législative est synonyme de nouveaux défis, dans un Sénat composé de quatre groupes et de membres non affiliés. Cela dit, le fait que la Chambre haute devienne plus indépendante et non partisane a aussi ses avantages au moment d’entreprendre des études d’importance.

« À l’heure actuelle, le Canada fait face à plusieurs enjeux de politique publique. Les recherches entreprises par les comités permanents du Sénat donnent lieu à des politiques publiques qui, à mon avis, sont plus équilibrées et reflètent mieux les besoins des Canadiens et des Canadiennes », a déclaré la sénatrice Gagné.

Sénatrice Raymonde Gagné